On achève bien les centenaires

Visions... / Thaïs - Paris (Favart)

Par Laurent Bury | ven 07 Décembre 2012 | Imprimer
 
Même si l’oratorio Marie Magdeleine sera prochainement donné à Paris, en l’église de la Trinité (13 et 14 décembre), il est permis de considérer que la commémoration du centenaire de la mort de Massenet touche sérieusement à sa fin, avec le colloque organisé le samedi 8 décembre à l’Opéra-Comique, en collaboration avec l’université de Saint-Etienne et le Palazzetto Bru Zane. Les œuvres de Massenet créées Salle Favart y ont été évoquées (notamment La Grand-Tante, ce tout premier essai du compositeur dans le genre lyrique), ses interprètes favoris (le baryton Lucien Fugère, créateur de Pandolfe dans Cendrillon, du diable de Grisélidis et Sancho dans Don Quichotte, entre autres), et même ses ballets. Cette journée d’études intervenait au lendemain du seul véritable événement musical fêtant Massenet dans cette salle où huit de ses œuvres ont été créées, et où la statue de Manon accueille les spectateurs : un concert intitulé « Sur les pas de Thaïs », préalablement donné à Saint-Etienne le mardi 4 décembre, en clôture de la onzième Biennale Massenet.
Ce soir-là, on pouvait se dire que le centenaire s’achevait fort bien, avec la découverte d’une œuvre quasi-inédite, Visions… (1891). Mort l’année de la naissance de John Cage, Massenet s’y révèle un précurseur de la musique électronique, puisqu’il avait décidé d’ajouter à ce poème symphonique une partie destinée à un Electrophone. Dans les années 1880, ce terme désignait en fait un « récepteur téléphonique amplificateur ». Electrophone est aussi le nom de la compagnie fondée vers la fin des années 1890, qui permettait aux mélomanes de suivre à distance les représentations d’opéra (c’est le fameux théâtrophone grâce auquel Proust suffoquait en écoutant Pelléas depuis le confort de sa chambre). Pour Visions…, il devait s’agir d’un instrument produisant des sons inédits, que Massenet utilisa sur trois notes en clef de fa, censées évoquer la voix de l’objet aimé dans l’esprit d’un voyageur dont le sommeil est agité par toutes sortes de rêves. L’appareil ne s’étant pas avéré assez fiable, il ne fut pas employé lors de la création de l’œuvre, en Angleterre en 1895, et c’est la première fois qu’on tente de rejouer Visions… en incluant la portée destinée à l’Electrophone. Le résultat assez fascinant, et dans ce morceau orchestral, qui commence comme l’ouverture de Lohengrin et se transforme bientôt en guillerette musique à programme, l’intrusion de cette voix étrangement estompée produit un effet certain, qui aurait dû être bien plus grand encore pour des oreilles du XIXe siècle. Rappelons que dans Le Château des Carpathes, de Jules Verne, publié en 1892, le fait de pouvoir entendre une voix enregistrée relevait encore de la plus grande nouveauté scientifique.
 
Après Visions… venait ce qui devait constituer l’essentiel du concert : des extraits de Thaïs. Le lien est évident et naturel, l’œuvre symphonique ayant un peu servi de laboratoire à l’opéra, et la mélodie de la célébrissime « Méditation » se superposant aux notes du fameux Electrophone. Réduit à ses deux protagonistes centraux et dépouillé de presque tous ses charmes orientalisants, Thaïs devient une série d’airs et de duos pour soprano et baryton qui forme un tout assez cohérent. On a néanmoins jugé nécessaire d’introduire cette musique par le biais d’une récitante, en l’occurrence Arièle Butaux, bien connue des auditeurs de France Musique. Et bien entendu, celle-ci en a profité pour faire son petit numéro habituel, en proposant un résumé de l’intrigue truffé de blagounettes à l’ironie déplacée, non sans un superbe contresens sur l’œuvre : Athanaël n’a rien d’un Tartuffe, c’est un personnage animé d’une foi sincère que torturent les démons de la chair, et non un séducteur qui utilise le masque de la religion pour mieux parvenir à ses fins.
On le sait, Thomas Hampson devait initialement reprendre pour ce concert un rôle qu’il a marqué de son empreinte (voir CD et DVD, avec Renée Fleming dans les deux cas), mais il a très tôt annoncé qu’il n’en ferait rien. Il fallait donc trouver un autre baryton susceptible d’endosser la défroque du cénobite, et même si Nathalie Manfrino déclarait en interview qu’elle aurait bien vu Stéphane Degout dans le rôle, aucun chanteur français ne semble avoir répondu à l’appel. C’est bien dommage, car même si Markus Werba fait globalement illusion, une écoute plus attentive montre qu’il accumule les défauts habituels : e muets indument appuyés, nasales transformées ("je t'entends" devient "j'ai Toto"). Peut-être n’est-il pas aidé par les tempos rapides qu’adopte Laurent Campellone à la tête de l’Orchestre Symphonique Saint-Etienne Loire, mais il livre un débit haché et semble avoir peine à caser toutes les consonnes qu’il doit prononcer en aussi peu de temps. Surtout, on peut se demander si le choix d’un baryton mozartien est bien légitime : le créateur d’Athanaël, Francisque Delmas, était un authentique baryton-basse, il chanta Wotan, Hans Sachs et Gurnemanz, répertoire dont semble bien loin le sympathique Papageno qu’est Werba, contraint de s’époumoner pour faire face à un orchestre déchaîné dans le premier duo l’opposant à Thaïs. La deuxième partie du concert lui posera moins de difficultés, puisque l’orchestre y est beaucoup moins paroxystique. On pourrait formuler une remarque semblable au sujet de Nathalie Manfrino : le fameux air du miroir n’expose d’abord que les problèmes d’une voix dont le vibrato apparaît désormais irrémédiable, et il lui faut recourir à mille artifices pour éviter le hululement dans les notes hautes. Dans le médium, la diction est parfaite, le style est le bon (la soprano a déjà interprété Thaïs plusieurs fois et chante sans jamais regarder la partition), mais l’aigu forte est assez déplaisant. Par chance, la deuxième partie du concert lui permet de rester le plus souvent dans des nuances ne dépassant pas le mezzo-forte, et l’incarnation prend le dessus pour lui permettre de composer une excellente image de son personnage. Maintenant, si d’autres jeunes sopranos françaises veulent se mettre à chanter Massenet, elles n’en seront pas moins les bienvenues.
Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE
 
 

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.