La voix est son métier

La passion prédominante de Janine Reiss

Par Christophe Rizoud | mer 23 Janvier 2013 | Imprimer
 
Bien connue des mélomanes, et plus particulièrement des amateurs d’opéras, Janine Reiss l’est moins du grand public. Elle a pourtant côtoyé les plus grandes personnalités musicales du XXe siècle qui, sans elle, n’aurait pas forcément hissé leur art au même niveau d’excellence : Maria Callas dont elle fut une proche amie et qu’elle reçut incognito à son domicile pendant 10 ans (ce qui un soir donna lieu à un savoureux quiproquo avec Michel Hamel) ; Teresa Berganza et Placido Domingo qu’elle convainquit l’une de chanter Carmen, l’autre Enée des Troyens ; Herbert von Karajan dont elle aurait influencé l’interprétation de Pelléas et Mélisande ; Luciano Pavarotti qu’elle connut à l’Opéra de Paris durant les années Liebermann et qu’elle accompagna au piano dans une émission télévisée de Jacques Martin ; Renée Fleming qui perfectionna auprès d’elle sa diction du français ; Mady Mesplé dont elle fut la pianiste, tout comme Régine Crespin qui déclarait à son propos « elle est pour moi à la fois une sœur et un directeur de conscience ». On pourrait ainsi énumérer ad libitum des noms célèbres mais ce serait cantonner Janine Reiss à son seul rôle de « diva de l’ombre », selon la jolie formule de Christine Clerc, quand elle fut aussi une claveciniste émérite, formée par le successeur de Wanda Landowska à la Schola Cantorum, Paul Brunold ; la directrice des études musicales de l’Opéra de Paris de 1973 à 1980 ; la conseillère artistique sur le tournage de Don Giovanni par Losey et de Carmen par Rosi ;la directrice des études du Centre de formation lyrique, devenu depuis Atelier lyrique ; et bien plus encore.
 
Restituer un tel parcours, composé de plusieurs trajectoires et jalonné de multiples rencontres, n’est pas tâche facile. A partir de nombreux témoignages et de longues heures de conversation avec Janine Reiss, Dominique Fournier a relevé le défi sans vraiment parvenir à un résultat cohérent. D’abord monographie en ordre dispersé, son ouvrage se transforme dans la deuxième partie en simple transcription des propos de la principale intéressée autour de la voix, l’interprétation et le métier de chanteur. D’où la question posée dans le postlude par Janine Reiss à l’auteur : « Qui pourrait bien être intéressé par ce livre ? » et la réponse de ce dernier : « des chanteurs - professionnels ou amateurs - et […]  tous les mélomanes désireux de pénétrer plus en avant dans les arcanes de l’art vocal ». Si vous appartenez à l'une ou à l'autre de ces deux catégories, vous savez ce qu'il vous reste à faire.
 
 
 

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.

Partager