Gaza, Wagner et moi

La musique est un tout

Par Sylvain Fort | ven 05 Septembre 2014 | Imprimer

Il fut un temps où les chefs d’orchestre, parvenus à un âge canonique, confiaient à une jeune stagiaire la tâche de recueillir avec fidélité et minutie la précieuse semence de leur mémoire. C’est ainsi que nous pouvons aujourd’hui pénétrer dans le monde évanoui des Bruno Walter, Felix Weingartner, Josef Krips et y croiser des chanteuses ou des violonistes dont nul n’a gardé le souvenir, sans parler des très méchants intendants et de politiciens sourdingues.

Rien de tel avec Daniel Barenboim, fort éloigné de la confession et des souvenirs, malgré quelques incursions sur sa découverte de Salzbourg en 1952. Au contraire, ce livre présente une série d’articles sur des thèmes assez variés – l’éthique, Gaza, Don Giovanni – dans une traduction élégante.

Domine ici la réflexion philosophique sur la musique, dans son rapport notamment avec l’éthique et la politique. La conviction de Barenboim est que des liens souterrains mais puissants existent entre musique, morale et politique. Cela passe par une certaine vision de la relation humaine, par des mécanismes intellectuels, par le sens même qu’on peut donner à l’écoute musicale. Le propos est clair et intéressant.

Ses prises de position sur le Proche-Orient sont connues et il est intéressant de lire ici résumés les grands axes de ce positionnement, éclairé par l’Histoire mais aussi par l’histoire personnelle – l’enfance de Barenboim fut largement israélienne. Dans les circonstances actuelles, cette voix n’est pas seulement celle de la sagesse, car Barenboim ne pose nullement à celui qui sait mieux. Elle est celle d’un artiste qui se demande ce que l’art peut faire pour abattre les barrières. Les tentatives sont belles, un peu désespérées, inefficaces et cependant vitales.

Un peu plus brouillons – étrangement – sont les propos sur la musique elle-même. Quelques éclairages passionnants ne suffisent pas à nous rassasier sur Don Giovanni, Wagner ou les opéras de Verdi. Le format « entretien » n’aide pas forcément car il rend le propos plus décousu qu’il ne devrait. En revanche l’hommage à Fischer-Dieskau oublié en Allemagne lors de la mort du Maître est profondément touchant.

Un ouvrage de bon aloi,  quelque peu victime des contraintes propres à cet exercice, mais  il vaut mieux passer ce temps de lecture avec Daniel Barenboim qu’avec un sous-écrivaillon mis en avant par la rentrée littéraire. 

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.

Partager

Auteur