L'idéal n'est pas de ce monde

La Discothèque de référence en CD - Opéras

Par Laurent Bury | jeu 11 Décembre 2014 | Imprimer

Les éditions Bleu Nuit, dont on connaît notamment la série de monographies sur les grands compositeurs, viennent de faire paraître leur guide des meilleurs enregistrements d’opéras : dix exemplaires en ont d’ailleurs récemment été gagnés par quelques-uns de nos lecteurs. Il ne s’agit pas ici d’une « discothèque idéale », mais « de référence ». Il existait déjà chez Bleu Nuit une Discothèque de référence en CD – musique classique, en voici donc le pendant lyrique. Pourtant, on comprend vite que ce nouveau volume n’est pas totalement indépendant : des lacunes étranges, injustifiables au premier abord, s’expliquent lorsque l’on comprend que les deux ouvrages se complètent. Autrement, comment expliquer que les entrées consacrées à Mozart se bornent à quatre titres, dont Così fan tutte ne fait même pas partie ? Comment admettre que Puccini soit représenté par La Rondine, Manon Lescaut, Tosca et Il Trittico (dans cet ordre) ? C’est bien simple : ceux qui s’étonnent ou s’offensent de ne pas trouver des titres infiniment plus populaires sont renvoyés vers l’autre volume. « Pour La Bohème, Madame Butterfly et Turandot, vous pouvez vous reporter à La Discothèque de référence en CD – musique classique ». Même chose pour Mozart, mais seulement pour Così ; pour Idomeneo ou La Clémence de Titus, aucune solution de repli n’est prévue.

Malgré tout, en 106 entrées, Jean-Philippe Biojout réussit à parcourir la plupart des titres aujourd’hui donnés dans les maisons d’opéra, traités par ordre alphabétique de compositeur, de John Adams (Nixon in China est aussi l’œuvre la plus récente envisagée) à Kurt Weill ; un Zemlinsky aurait permis d’aller vraiment de A à Z, et Le Nain ou Une tragédie florentine sont sans doute des œuvres plus souvent représentées et enregistrées que le Merlin d’Albeniz, qui se voit ici accorder une entrée. Chronologiquement, on trouvera ici les noms attendus : Monteverdi (Orfeo et Poppea), Lully (Phaéton, car Atys a déjà été traité dans l’autre Discothèque de référence), Haendel (Alcina et Ariodante), Vivaldi (Ercole sur Termodonte), Rameau (Castor et Platée), et ainsi de suite. On se réjouit de voir inclus quelques grandes œuvres françaises hélas trop peu populaires : Le Roi Arthus, indispensable alors que l’œuvre sera prochainement donnée à Bastille, Ariane et Barbe-bleue ou La Juive.

Le volume s’adresse à des lecteurs soucieux d’enrichir leur culture opératique. Chaque compositeur se voit attribuer une étiquette le situant dans l’histoire (« baroque », « classique », « romantique », « post-romantique », « moderne » ou « contemporaine »). Curieusement, chaque double page consacrée à une œuvre accorde en fait beaucoup plus de place au résumé de l’intrigue qu’au commentaire portant sur l’enregistrement de référence, limité à quelques lignes. Et l’on remarque aussi que les considérations financières jouent un rôle-clef dans le choix de la version : « à petit prix » est une formule qui revient très souvent dans le bref paragraphe justifiant la préférence de l’auteur, avec un judicieux panachage de versions modernes et anciennes.

Les intentions annoncées sont on ne peut plus louables : « vous aider à constituer une belle discothèque de base, à défaut d’idéale, et vous donner envie d’aller écoute les œuvres ‘en live’ ». C’est aussi ce à quoi vous invite l’iconographie généralement empruntée à des productions très récentes, comme l’Orphée de Gluck mis en scène par Castellucci à Bruxelles en juin dernier. Mais n’oubliez pas d’acheter aussi l’autre volume Bleu Nuit si vous voulez savoir quel Tristan, quelle Aïda ou quelle Elektra acquérir…

 

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.

Partager

Auteur