Senta plus folle que jamais

Der Fliegende Holländer - Berlin

Par Thierry Bonal | dim 22 Novembre 2015 | Imprimer

Déjà trois saisons que cette production du Vaisseau Fantôme au Staatsoper de Berlin nous enchante. Ainsi que nous le relations en 2013, la lecture que Philipp Stölzl fait de l’opéra place le spectateur entre rêve et réalité : le rêve de la légende du hollandais volant que l’esprit malade de Senta projette et la réalité de la scène qui plante un décor bourgeois dans lequel se prépare une union matrimoniale arrangée.

En dehors de Michael Volle qui incarne le hollandais avec autant d’aisance, de noirceur et de puissance que naguère, l’ensemble de la distribution est nouvelle.

La Senta de Camilla Nylund est, peut-être, le personnage le plus à l’écart parmi ce plateau équilibré et en tout point superlatif – question de goût ou d’expectative… La soprano, plus lyrique que dramatique, donne à entendre des accents plus souvent doux qu’acérés, si bien que sa ballade sonne différemment de ce qu’il est convenu d’entendre. Les attaques déchirantes à la limite du cri laissent place à un phrasé souple et enveloppant. Son interprétation est par ailleurs remarquable par son incarnation inquiétante des troubles psychiques de Senta.


© Matthias Baus

Peter Rose campe un Daland sympathique et énergique. Son timbre clair et sonore le pose en personnage de premier plan.

Remarquable également, la prestation d’Andreas Schager en Erik. Sa présence radieuse, son chant riche et percutant en font un interprète de tout premier plan que l’on a hâte de retrouver dans le rôle de Parsifal sous la baguette de Daniel Barenboim sur cette même scène berlinoise au printemps prochain.

Anja Schlosser en Mary et Joel Prieto en timonier ne déparent en rien cette distribution lumineuse et hautement énergisante.

Les chœurs du Staatsoper, aux nombreuses et brillantes interventions, récoltent une part bien méritée des applaudissements tandis que l’orchestre de la Staatskapelle placé sous la direction de Markus Poschner semble répondre aux attentes du public. Sa lecture de la partition manque néanmoins d’une pointe de pittoresque qui rendrait les assauts des différents pupitres plus vaillants, les sursauts des percussions plus héroïques, les chromatismes de l’orchestre plus chatoyants…

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.