C'est bon pour le moral

Suites de ballets de Thaïs, du Cid et de Cendrillon

Par Jean Michel Pennetier | lun 24 Juillet 2017 | Imprimer

Depuis Lully, le ballet a toujours fait partie de l'opéra français. Le XIXe siècle voit sa résurgence avec Auber et La Muette de Portici dont l'héroïne est une danseuse. Meyerbeer lui emboîte le pas avec un Robert le Diable où le ballet des nonnes fait intégralement partie de l'action. Halévy, Verdi et même Wagner composent avec cette pseudo règle (il n'y a pas vraiment de ballets dans Les Huguenots de Meyerbeer ni dans L'Africaine). Par la suite, l'intermède chorégraphique ne sera souvent qu'un simple divertissement obligé, en partie destiné à ce que les membres de l'influent Jockey Club puissent admirer leurs protégées.

Le ballet du Cid est certainement l'un des plus réjouissants : si vous avez le cafard, rien de tel pour vous remonter le moral. Neville Marriner en dirige ici la suite, version symphonique en sept morceaux tirés de l'opéra. Le chef d'orchestre britannique récemment disparu s'est visiblement beaucoup amusé à interpréter ces pages. Le tempo est vif, l'orchestre virevoltant. On pourra trouver cette musique un brin vulgaire, mais elle n'en reste pas moins bien agréable, d'autant que l'orchestre de l'Academy of St Martin in the Fields est absolument parfait.

Créé en 1894, Thaïs ne prévoyait pas de ballet. Pour une reprise à l'opéra le 13 avril 1898, Massenet s'est attelé à la composition d'une grande pièce chorégraphique. Au total, les parties dansées se trouvent à l'acte I, premier et deuxième tableau, et à l'acte II deuxième tableau pour la plus longue. Cette suite de plus de 20 minutes, un peu indigeste, est sans doute enregistrée ici pour la première fois. Il est à noter que ledit ballet comportait un nouveau rôle de soprano, La Charmeuse, que nous n'entendons pas dans cette suite (le rôle sera supprimé à partir de 1916 ; en 1930 on ne donnait plus que le ballet de l'acte II).

L'enregistrement comporte enfin une suite de Cendrillon, assemblée à partir de du grand ballet de l'acte II (la scène du bal) et de scènes des actes I et IV. Comme pour Le Cid et Thaïs, le livret d'accompagnement du CD ne comporte pas d'informations quant au compilateur de la suite, ni si elle fut précédemment jouée au concert indépendamment de cet enregistrement.

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.