La solitude du compositeur

Par Camille De Rijck | dim 08 Mars 2020 | Imprimer

La dernière d’Yvonne Princesse de Bourgogne de Philippe Boesmans a eu lieu, cet après-midi, à l’Opera de Paris, malgré les menaces de grève et de pandémie. Pour l’occasion, le compositeur de 84 ans avait fait le déplacement depuis Bruxelles. Et sans vouloir donner l’impression que – chez Forumopera – nous tapons sur l’Opera de Paris, remarquons que l’octogénaire n’a pas été pris en charge par le personnel de production à l'occasion de cette dernière, qu’il n’a pas été invité à saluer et qu’il a quitté le vaste Palais Garnier sans que la production ou la direction lui adresse le moindre mot. Sentiment étrange, certes, mais qui n’a pas désarçonné l’intéressé : « C’est tout aussi bien comme ça, quand on me félicite, je ne sais jamais trop quoi répondre ». Le moment, pourtant, était particulièrement émouvant vu que cette reprise était l'ultime déclinaison de la relation artistique que Boesmans entretint pendant près de trente ans avec Luc Bondy, décédé en 2015.

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.