Didon et Enée déjantés aux Bouffes du Nord

Par Christophe Rizoud | lun 30 Décembre 2013 | Imprimer


« C'est ainsi que sur les rives fatales du Nil / Soupire le crocodile trompeur… ». A partir de cette invective de Didon à Enée l’abandonnant, Samuel Achache et Jeanne Candel ont imaginé un spectacle d’une originalité déconcertante. Le chef d’œuvre de Purcell, dans un arrangement jazzy pour une dizaine d’instruments, s’accompagne de multiples digressions envisagées comme autant de contrepoints à la tragédie vécue par la reine de Carthage : un – trop long – discours sur l’harmonie des sphères, l’autopsie d’un corps amoureux, un jeu autour d'une grappe de raisin, etc. Souvent absurde, parfois amusant, toujours inventif, ce divertissement protéiforme vaut d’abord par ses interprètes, à la fois acteurs, musiciens et chanteurs. Certains toutefois plus que d’autres. Marie-Bénédicte Souquet est une Belinda d’une grâce et d’une musicalité infaillibles tandis que ses partenaires masculins s’imposent davantage par un engagement à la frontière de l’extrême. Tout n’est évidemment pas égal et l’ensemble gagnerait à atteindre cette concision qui est l’une des marques du génie de Purcell. Si déjanté soit-il, ce Didon et Enée revisité n’en demeure pas moins efficace. Comme à l’habitude d'ailleurs, la mort de Didon, vécue intensément par Judith Chemla, tire des larmes… de crocodile of course. [Christophe Rizoud] 
Le Crocodile trompeur / Didon et Énée - Henry Purcell / Samuel Achache & Jeanne Candel / Florent Hubert - Théâtre des Bouffes du Nord, jusqu'au 12 janvier 2014. Mise en scène : Sa­muel Achache et Jeanne Can­del. Direction musicale : Florent Hu­bert. Avec Mat­thieu Bloch, Ju­dith Chemla, Vla­di­slav Ga­lard, Florent Hu­bert, Clé­ment Ja­ni­net, An­toine Kahan, Oli­vier Lais­ney, Léo-An­to­nin Lu­ti­nier, Thi­bault Per­riard, Jan Pe­ters, Jeanne Sicre, Ma­rion Sicre et Law­rence Williams. (plus d'informations)
 

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.