Annick Massis est au sommet de sa forme

Par Camille De Rijck | lun 07 Mai 2012 | Imprimer

On disait la soprano française Annick Massis — née selon Wikipédia en 1958 — sur le déclin. Et effectivement, les chanteuses lyriques d'agilité considèrent parfois leurs plus belles années révolues une fois atteint l'âge fatidique de cinquante ans. Autant dire que ce que nous avons entendu hier à Liège, dans La Traviata, constitue un véritable manifeste de l'état de grâce vocal dans lequel se trouve la chanteuse française. Typiquement, on s'attendait à ce que cette voix si souple et brillante s'illustre exclusivement dans le premier acte qui, justement, appelle brillant et virtuosité. Celui-ci ne lui pose bien évidemment aucun problème et son "Follie... Follie" est expédié avec une aisance qui frise l'insolence, surtout que le contre-mi bémol qui le ponctue est à la fois servi sobrement, aisément, mais ne rechigne pas à longuement couvrir les volutes orchestrales. Dans le deuxième acte, le beau lyrisme de Massis s'installe tranquillement, une ampleur qu'on ne lui connaissait pas tient tête aux décibels de son collègue baryton et un "Amami Alfredo" proprement saisissant d'implication et de classe finit par glacer le spectateur. Au troisième acte, la voix de Massis semble gagner encore en volume et ce sans montrer le moindre signe de fatigue et d'altération, malgré la maladie qui consume son personnage. Annick Massis y est absolument poignante, investie et animée d'une inspiration musicale à chaque instant bouleversante. Au final, le triomphe que lui réserve le public n'est pas le juste hommage rendu à une artiste qui s'est battue avec un organe déclinant, mais la confirmation qu'Annick Massis n'a rien perdu de ses moyens, qu'au contraire ceux-ci se sont développés sans rien perdre de leurs qualités initiales et que l'artiste a su, enfin, sortir de cette hauteur distante qui animait ses précédentes incarnations. Visiblement très émue des interminables bravi de la salle, Annick Massis a pu constater qu'une petite baisse de régime est parfois le signe avant-coureur de nouveaux éclats. (CDR)

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.

Partager