A Verbier, une heure de pure poésie avec Sir Thomas Allen

Par Carine Seron | mar 22 Juillet 2014 | Imprimer

A l’approche de ses 70 ans, Sir Thomas Allen a décidé de se faire plaisir en proposant, en compagnie de la pianiste Caroline Dowdle, un programme rassemblant des mélodies anglaises qu’il apprécie particulièrement, tant pour leur contenu musical que littéraire, dues à Haydn (notamment le doux « She Never Told her Love »), Roger Quilter (extraits des Seven Elizabethan Lyrics op.12 et des Five Shakespeare Songs op.23), Michael Head (« Limehouse Reach » et « The Estuary »), Ralph Vaughan Williams (« Lovesight » et le célèbre « Silent Noon », du cycle The House of Life) et Frank Bridge (les délicieuses « The Devon Maid » et « So perverse »). Sur chacune de ces oeuvres, il donne au public quelques informations, communiquées avec un humour so british qui contribue largement à son charme dévastateur.

La voix du baryton anglais demeure vaillante, malgré quelques rares accrocs et l’inévitable poids des années qui se marque par une perte de brillance et de vitalité dans les coloratures et les morceaux plus enlevés. De ces quelques faiblesses, Allen tire la force de son interprétation, avec toute la magie dont seuls les plus grands artistes possèdent la recette. Son intérêt sincère pour la littérature anglaise lui insuffle une diction remarquable et un respect du texte qu'il révèle par un phrasé divinement nuancé et une attention portée à chaque mot. Il chante l'amour, au centre de son programme, avec l'expérience de la vie, qui lui inspire tendresse, nostalgie et une ferveur atténuée par la sagesse – nous sommes pendus à ses lèvres, totalement ensorcelés. Dans « The Estuary », qu'il affectionne spécialement, il pousse la voix jusque dans ses derniers retranchements, et c'est bouleversant. Par la conviction inébranlable et la posture hautaine parfaitement feintes avec lesquelles il interprète le « So Perverse » de Bridge, il conquiert définitivement le cœur des dames, ce qui n'était pas gagné vu la description des plus déplaisantes que cette mélodie esquisse de la gent féminine!

Un moment unique avec un très grand monsieur qui ne l’est pas moins…

Une heure avec... Thomas  Allen (Baryton), Caroline Dowdle (piano).
Festival de Verbier, samedi 19 juillet, 14h30
 

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.