2020-21 à La Monnaie : Il était maintenant

Par Laurent Bury | sam 14 Mars 2020 | Imprimer

Si l'on essayait de traduire le titre donné à sa saison prochaine par Peter de Caluwe, Once upon Now, on pourrait risquer quelque chose comme « Il était maintenant ». Les opéras de 2020-21 à La Monnaie n'auront pourtant rien d'un conte de fées, ou alors plutôt d'un conte qui fait peur, comme Le Tour d'écrou, ou un cauchemar dont on finit par se réveiller, comme La Ville morte (avec Roberto Saccà et Marlis Petersen), deux titres à l'affiche à Bruxelles. Il y aura un intermède comique avec Falstaff (mise en scène de Laurent Pelly créée à Madrid l'an dernier), un classique avec Parsifal (reprise de la production Castellucci) et un curieux assemblage de partitions autour de la figure d'Elisabeth Ière, deux soirées donizettiennes intitulées Bastarda ! mêlant des extraits d'Elisabetta al castello di Kenilworth, d'Anna Bolena, de Maria Stuarda et de Roberto Devereux, conçu par Olivier Fredj, avec Davinia Rodriguez dans le rôle de la reine vierge, autour de laquelle graviteront Salome Jicia, Enea Scala et, curiosité supplémentaire, David Hansen en Smeaton, signe que notre époque supporte de moins en moins les travestis et préfère remplacer les mezzos par des contre-ténors. Pour le reste, le programme se composera de raretés et d'œuvres de notre temps : le pré-élisabéthain Henry VIII de Saint-Saëns (dont on commémorera le centenaire de la mort), mis en scène par Olivier Py, avec Laurent Naouri en roi-Barbe-Bleue et Véronique Gens en Catherine d'Aragon ;  De Kinderen der Zee (1920), du compositeur flamand Lodewijk Mortelmans, en version de concert ; The Sleeping Thousand d'Adam Maor, créé l'été dernier au festival d'Aix-en-Provence ; The Time of our Singing, d'après le roman de Richard Powers, commande passée à Kris Defoort. Plus d'informations sur le site de La Monnaie.

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.

Partager