Verbier Festival ou l’ivresse musicale des cimes

Par Christophe Rizoud | jeu 15 Décembre 2016 | Imprimer

Bastion du ski alpin l’hiver, Verbier à 1500 mètres au-dessus du niveau de la mer se transforme chaque été en Mecque musicale où se rencontrent les plus grands interprètes d’aujourd’hui et de demain. Non un festival lyrique à proprement parler mais l’occasion d’applaudir les meilleurs chanteurs du moment, dans des opéras en version de concert ou, de manière plus intime, en récital.  Prétextons l'ouverture de la billetterie (depuis le 14 décembre ) pour partir à l'ascension de ce haut lieu de musique.


Lieux : Pour l’essentiel, au nombre de deux : l’église (500 places) et la Salle des Combins, vastes chapiteau de 1700 places offrant une excellente visibilité à défaut de la meilleure des acoustiques, grâce à la présence d’un gradin dont chaque rangée de siège est située sur une des 35 marches.

Dates : deux à trois semaines, de la deuxième quinzaine de juillet aux tous premiers jours d’août.

Site Web : www.verbierfestival.com

Année de création : 1994

Principe fondateur : Inviter les plus grands interprètes de la musique classique et les musiciens les plus talentueux de la jeune génération à se produire dans un environnement alpin exceptionnel. Le Verbier Festival s’appuie non seulement sur les noms les plus prestigieux du moment mais aussi sur la beauté de ses paysages et le confort de ses infrastructures touristiques.

Dirigeant : Fondateur du Verbier Festival, Martin T:son Engstroem le dirige depuis sa création, tout en ayant longtemps occupé divers postes clés dans le monde de la musique, notamment agent artistique et, de 1999 à 2003, Vice-Président de Deutsche Grammophon.

Répertoire : Le grand répertoire de la musique classique sous toutes ses formes : symphonique, chambriste, mélodique, lyrique…

Histoire : Résident en Suisse depuis 1986, Martin T:son Engstroem découvre Verbier en dévalant ses pentes de ski au début des années 1990. Séduit par le panorama, il décide de faire de la station un «  lieu d’excellence musicale, ouvert sur le monde, avec un orchestre de jeunes en résidence et une académie où des artistes de renom enseigneraient aux jeunes et se produiraient devant un public participant à des activités en continu ». Dès la première édition en 1994, grâce à ses nombreuses relations, les stars du classique affluent. Elles sont depuis restées fidèles au rendez-vous, dispensant chaque année leur enseignement à de jeunes musiciens qui forment aujourd’hui ce que l’on appelle la « génération Verbier ».

Dates marquantes (pour plus de détails, voir l’histoire du Festival) :

  • Dès 1994, en plus de la programmation officielle, le Verbier Festival Academy permet à une soixantaine de jeunes artistes de suivre des master classes publiques et des ateliers organisés par instruments – dont la voix –, dirigés par les plus grands noms de la scène musicale.
  • En 1998, lancement du Fest’Off : en marge de la manifestation, des événements gratuits sont proposés aux quatre coins de la station.
  • En 2000, création du Verbier Festival Orchestra (VFO), orchestre composé de jeunes musiciens de 16 à 29 ans, de toutes les nationalités, dirigé par les plus grands chefs et solistes du monde entier, avec six concerts pendant le Festival suivi d’une tournée internationale à l’automne.
  • En 2003, pour le dixième anniversaire de la manifestation, James Levine dirige Elektra de Strauss avec Luana Devol dans le rôle-titre, Siegfried Jerusalem en Aegisth et Rene Pape en Orest.
  • En 2006, le Verbier Festival prend une nouvelle ampleur avec la création du Verbier Festival Chamber Orchestra (VFCO) auquel s’ajoutent le développement des activités pour adultes et enfants à travers la mise en place du Verbier Festival Discovery et, pour les musiciens amateurs, de la Verbier Festival Amateur Chamber Music Week.
  • En 2009, Charles Dutoit devient directeur musical du VFO et Gábor Takács-Nagy du VFCO. Bryn Terfel, René Pape et Thomas Quasthoff participent à une version concertante de Don Giovanni. On en parle encore dans les dîners qui réunissent après chaque concert les Amis du Verbier Festival, association fondée en 1993 dont le soutien représente à ce jour plus de 10% du budget de la manifestation.
  • En 2010, la salle des Combins, plus confortable et dotée d’une meilleure acoustique, remplace la salle Médran.
  • En 2013, une troisième formation orchestrale voit le jour : le Verbier Festival Junior Orchestra (VFJO). Une soixante jeunes musiciens âgés de 15 à 18 ans suivent une formation très diversifiée auprès du chef d’orchestre britannique Daniel Harding. Les plus talentueux d’entre eux pourront ensuite s’ils le souhaitent rejoindre le VFO. Avec ce nouvel orchestre, le Verbier Festival affirme sa volonté  de repérer et former les musiciens de demain.

Meilleures places : Dans la Salle des Combins, les meilleures places sont situées au centre entre le 9e et 12e rang. Dans l’église, le placement est parfois libre, prévoir alors d’arriver tôt. Dans tous les cas, choisir de préférence les places du centre gauche (côté jardin), entre le 5e et 8e rang de manière à voir le pianiste si récital avec piano.

Acoustique : confortable dans l’église dont l’intérieur en bois évite une trop forte réverbération ; dépendante des conditions climatiques dans la Salle des Combins où le bruit de la pluie sur le toit peut perturber, voire retarder ou suspendre, la représentation.

Tarifs : En 2017, jusqu’à 95 CHF (88€*) dans l’église ; de 60 à 200 CHF (55€ à 185€*) pour les opéras en version de concert dans la salle des Combins ; tarif unique de 20 CHF (18,5€) pour les jeunes de moins de 16 ans et de 30 CHF (28€) pour les jeunes de moins de 26 ans (hors premières catégories) avec tarif préférentiel pour les accompagnants ; Pass week-end d’une valeur de 250 CHF (232€) ; tarif préférentiel de 20 CHF (18,5€) pour les concerts de l’Église à 17h00 si un billet pour un autre concert du jour a été acheté ; etc. Certains concerts sont même gratuits.

Anecdote : Après avoir été son agent, Martin T:son Engstroem a été marié de 1977 à 1998 à Barbara Hendricks qui, accompagnée de l’Orchestre mondial des Jeunesses Musicales et d’Antonio Pappano a ouvert l’édition 1996 du Festival.

Le bémol : Les conditions météorologiques souvent orageuses en été pouvant obstruer le paysage et perturber certains concerts dans la Salle des Combins.

Le dièse : la qualité des artistes invités et les points de vue à couper le souffle.

Accessibilité : les personnes à mobilité réduite ont la possibilité de se faire connaître, par téléphone – +41 (0) 848 771 882 – ou en écrivant à ticketing@verbierfestival.com, au moment de la réservation de leur(s) billet(s) afin que leur accès en salle soit facilité. Navettes spéciales pour la Salle des Combins.

Toilettes : pas testées à l’Eglise, de type construction modulaire à la Salle des Combins avec tout ce que cela signifie d’exiguïté et d’incommodité.

Accès : De Paris, le plus rapide et le plus simple reste la voiture. A défaut, compter sept à huit heures de voyage, trois trains et un téléphérique (Paris/Lausanne, Lausanne/Martigny, Martigny/Le Chable et Le Chable/Verbier).

Points d’intérêt touristique proches : De nombreuses activités sportives – randonnées, mountain bike, promenade à cheval, parapente… – sont proposées par l’Office du Tourisme (plus d’informations sur verbier.ch). Les moins sportifs peuvent grimper jusqu’au Mont Fort (3 300m) par téléphérique (compter une heure de Verbier) ou, si le temps le permet, lézarder sur l’herbe autour de la piscine extérieure du Centre sportif.

Où se restaurer ? Boissons, ardoises valaisannes (assortiment de viandes séchées ou de fromages fermiers), soupes, plats chauds, sandwichs, gourmandises sont proposés avant le concert et pendant l’entracte à des prix déraisonnables : 5 CHF (4,5€*) la bouteille d’eau, 18CHF (16,5€*) la coupe de champagne. Parmi les quelques restaurants ouverts après le concert, le plus central reste Le Caveau avec au menu raclettes et fondues.

Où dormir ? Si l’on en a les moyens et que l’on veut côtoyer de près les artistes invités, choisir le Chalet d’Adrien, hôtel de prestige 5 étoiles avec deux restaurants, spa et vue époustouflante sur les Alpes. Nombreuses possibilités de logement sinon à tous les tarifs, le moins élevé d’entre eux restant toujours plus cher qu’ailleurs, compte tenu du cours du Franc suisse par rapport à l’Euro.

* taux de conversion : décembre 2016

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.

Partager