Palais Garnier - Paris

Par Sonia Hossein-Pour | jeu 29 Janvier 2015 | Imprimer

Considéré à l’époque comme abritant l’une des plus belles et grandes salles du monde, le Palais Garnier demeure un des symboles de Paris. Conjuguant luxe et rêverie, il intrigue autant qu’il intimide, et cherche depuis plusieurs années à démocratiser tant bien que mal son public.

Adresse : 8, rue Scribe, 75009 Paris

Institution lyrique hébergée : Opéra national de Paris

Site web : www.operadeparis.fr 

Années de construction : de 1861 à 1875

Architecte : Charles Garnier (1825-1898), avec la collaboration de Julien Guadet (1834-1908)

Style architectural : néo-baroque

Répertoire de prédilection aujourd'hui : le Palais Garnier n’accueille en moyenne que 5 opéras par saison, étant principalement destiné au ballet. On retient de l’ère Joël une prépondérance des répertoires des XVIIIe et XIXe siècles français et italiens. 

Activités pédagogiques et culturelles : les activités pédagogiques sont regroupées autour de 3 programmes phares : Jeune-PublicOpéra-université et Dix mois d’École et d’Opéra. Le programme Jeune Public a pour ambition d'inciter les jeunes à forger leur propre jugement critique sur la musique et la danse, à travers une programmation éclectique. Quant à Opéra-Université, le programme établit des partenariats entre l'Opéra national de Paris et différents établissements d'enseignement supérieur, dans le but, encore une fois, de sensibiliser les étudiants au monde lyrique. Avec la même ambition, et en partenariat avec l'Éducation nationale, Dix Mois d’École et d’Opéra cible plus particulièrement son action sur les élèves des zones d’éducation prioritaire (ZEP).

Chaque année, le Palais Garnier organise également une exposition sur un thème lié à la musique ou à la danse.

Histoire : l’histoire du Palais Garnier est assez trouble puisque la période allant du début des travaux à son achèvement voit passer plusieurs événements houleux : des conflits, extérieur avec la guerre franco-prussienne, et intérieur, avec la Commune de Paris, mais également l’incendie de la salle Le Peletier, que le Palais Garnier avait vocation à remplacer et qui accélèrera alors son achèvement. Napoléon III, qui avait commandité l’ouvrage dans son projet global de réaménagement urbain de Paris, mourut deux ans avant son inauguration.

Premier opéra représenté : La Juive de Jacques Fromental Halévy

Créations mémorables :

  • Thaïs de Jules Massenet en 1894 
  • Le Marchand de Venise de Reynaldo Hahn en 1935 
  • Œdipe de Georges Enesco en 1937
  • Lulu d'Alban Berg, version complétée par Friedrich Cerha en 1979
  • Saint-François d’Assise de Olivier Messiaen en 1983
  • Yvonne, princesse de Bourgogne de Philippe Boesmans en 2009

Meilleures places : corbeille et 1er rang des premières et deuxièmes loges de face 

Acoustique : bonne dans l'ensemble mais les voix ont du mal à s'épanouir, en particulier en fond de scène : elles se perdent dans la cage de scène et sont facilement couvertes lorsque l'orchestre joue plus fort. On peut également ressentir un manque de contrastes dans les nuances et déplorer l'absence d'homogénéité du son, selon l'endroit où l'on se situe dans la salle.

Tarifs : de 10 à 230 euros en moyenne

Anecdotes : par superstition, il est interdit de prononcer le mot « corde » comme sur les bateaux, car autrefois, les machinistes de l’Opéra étaient des marins qui venaient y travailler lorsqu’ils n’étaient pas en mer. On lui préfère le terme de « fil ». Beaucoup de légendes ont circulé autour de l’Opéra, dont celle du fantôme de l'Opéra, entretenue par Gaston Leroux dans son roman éponyme de 1910, et qui a sa place en loge n°5.

Vestiaires : il y a deux vestiaires au niveau de l'orchestre, côté cour et côté jardin, et un vestiaire au niveau de l'Amphithéâtre, au 4e étage. Ils sont gratuits et acceptent les bagages, lesquels sont vérifiés à l'entrée du Palais Garnier. 

Toilettes : il y en a à tous les étages mais méfiez-vous de la file d'attente.

A l'entracte : des bars proposant boissons et restauration légère sont accessibles à trois niveaux, 45 minutes avant la représentation ainsi qu'à l'entracte :

  • 2 au niveau de l’orchestre, côté cour et côté jardin ;
  • 2 dans l’Avant-Foyer ;
  • et 1 à l’Amphithéâtre

Avec ou sans verre de champagne, profitez de ce moment pour visiter les lieux et vous promener dans l’Avant-Foyer qui offre une belle perspective sur la nef du Grand Escalier, ou faire les cent pas dans le Grand Foyer, avec vue sur l'avenue de l'Opéra.

Le bémol : on ne peut pas ne pas invoquer l’inconfort de certaines places, qui sont parfois un calvaire pour les jambes, en particulier à l’Amphithéâtre. 

Le dièse : la beauté du lieu évidemment, avec laquelle Bastille ne peut guère rivaliser.

Accessibilité handicapés : les personnes à mobilité réduite accèdent au Palais Garnier par la billetterie à l'angle des rues Scribe et Auber. Elles accèdent ensuite à l'étage des premières loges en empruntant l'ascenseur de « l'Aga Khan », accompagnées et aidées par un contrôleur.

Un contingent de places leur est réservé :

  • 8 places en catégorie Optima (les deux premières loges de face) ;
  • 10 en 2e catégorie ;
  • 6 en 4e catégorie (aux 1er, 2e et 3e rangs des loges).

La réservation s'effectue par téléphone (01 40 01 18 50) ou par courriel (accessibilite@operadeparis.fr), du lundi au jeudi. Elle doit être effectuée au moins 15 jours à l'avance. 

Les personnes en fauteuil roulant et leur accompagnateur bénéficient d'une réduction de 20% sur les places de spectacle. Le jour du spectacle, ces personnes sont libres de rester dans leur fauteuil ou de s'asseoir sur un fauteuil de la salle.

Cependant, il n'existe pas de dispositifs pour les aveugles ou malvoyants, sourds ou malentendants.

Accès :

  • Métro : Opéra (lignes 3, 7 et 8), Chaussée d’Antin (lignes 7 et 9), Madeleine (8 et 14), RER Auber (RER A)
  • Bus : 20, 21, 22, 27, 29, 42, 52, 66, 68, 81 et 95
  • Parkings : Place Vendôme, Meyerbeer, Edouard VII, Haussmann Berri, Haussmann Galeries Lafayette

Boutique : la galerie de l’Opéra de Paris est accessible par l’entrée principale ou par la rue Halévy. Elle est ouverte tous les jours du lundi au dimanche, de 10h à 18h30. Elle est également ouverte les soirs de spectacle jusqu’à la fin de la représentation.

On y trouve tout ce qui a trait au monde lyrique (et au ballet) comme des disques, des DVD, des livres et... des pots de miel, récolté sur les toits du Palais Garnier. La boutique a peu ou prou son équivalent en ligne (http://boutique.operadeparis.fr).

Il vous est en outre possible, lors de la réservation d’un spectacle en ligne, d’acheter en même temps un programme. 

Où dîner a proximité ? Depuis 2011, l'Opéra Restaurant accueille spectateurs et badauds de 7h à 23h, à l'entracte et à la fin de la représentation. 

Si le quartier du Palais Garnier n’est pas réputé pour sa restauration abordable, la maison a l’avantage d’être située à l’intersection de plusieurs quartiers où pullulent nombre de bons restaurants pour tous les goûts et les budgets. Du côté de Richelieu-Drouot et du Palais-Royal, on ne présente plus les japonais de la rue Sainte-Anne et alentours, où l’on mange beaucoup et bien pour peu. Pour rester dans la cuisine japonaise, si vous disposez d’un plus gros budget et que vous avez à cœur de goûter une cuisine raffinée et créative, réservez une table à Izakaya Issé, rue de Richelieu. Vous pourrez également y goûter d’excellents sakés. En remontant vers la nouvelle Athènes, et pour un budget moyen, nous conseillons vivement Mamou, un restaurant « bistronomique » rue Taitbout, où la cuisine française prend des allures de « world food ».

Où dormir à proximité ? Les hôtels à proximité du Palais Garnier sont nécessairement très chers. il est recommandé de consulter les sites Internet de réservation tels que Trip advisor pour choisir ce qui vous convient le mieux en fonction de votre budget. 

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.

Partager