Nathalie Manfrino : « Massenet ne maltraite pas ses chanteurs, mais il est très exigeant avec les voix »

Par Laurent Bury | lun 20 Février 2012 | Imprimer

A peine sortie d’une série de représentations marseillaises de La Chartreuse de Parme d’Henri Sauguet, Nathalie Manfrino nous a accordé une interview, quelques jours avant la parution de son disque Massenet, Méditations chez Decca.
 
 
Dans la jeune génération de chanteurs français, vous êtes l'une des rares à défendre Massenet.
Oui, en scène, j’ai beaucoup chanté Manon, Thaïs ; j’ai même, à mes débuts, été Sophie dans Werther. J’adorerais interpréter Sapho, Ariane, Grisélidis, Le Roi de Lahore, si difficiles que soient ces œuvres, mais hélas, aucun théâtre n’est prêt à les monter, et c’est bien dommage. L’Opéra-Comique serait le lieu rêvé pour recréer tout ce répertoire. J’adorerais y chanter Thaïs ou des raretés de Massenet, pour lesquelles il faut une salle de taille raisonnable. Pour ces émotions poussées à l’extrême, ces grandes histoires d’amour, si l’on veut que le frisson passe, il faut une certaine proximité avec le public ; si les chanteurs sont trop loin des spectateurs, on perd la qualité, le charme, la noblesse propres à Massenet. Enfin, en matière de raretés, mais hors Massenet, je serai justement Salle Favart au printemps 2013 pour une série de représentations de Marouf, d’Henri Rabaud, mis en scène par Jérôme Deschamps. Au chapitre des projets, je suis en pourparlers pour une Thaïs en concert à Paris, avec un très grand baryton étranger, mais je ne peux pas en dire plus pour le moment. Parmi les jeunes chanteurs français, je suis sûr que Stéphane Degout ferait un très bon Athanaël, mais encore faudrait-il qu’il en soit lui-même convaincu !
Thaïs ne figure pourtant pas sur le disque qui sort le 20 février.
Non, parce que j’avais déjà enregistré « Dis-moi que je suis belle » pour mon disque French Heroines. En revanche, j’ai refait « Adieu notre petite table » de Manon, en y ajoutant « J’en suis encor tout étourdie », pour avoir aussi un air plus gai. J’ai aussi repris « Il est doux, il est bon », complété par « Charmes des jours passés », le deuxième air de Salomé dans Hérodiade, qui est invraisemblable à chanter : on passe de la douceur du souvenir au drame absolu, à l’exaltation totale. Massenet ne maltraitait pas ses chanteurs, contrairement à Gounod (mais si Juliette et Mireille sont des rôles si difficiles, c’est d’abord à cause de Mme Miolan-Carvalho et ses aigus), mais il était très exigeant avec les voix. Avec Michel Plasson, nous avions une bible, qui était le conducteur. Il faut savoir que les partitions piano-chant sont truffées d’erreurs. Pour « Pleurez, mes yeux », je ne chante pas d’aigu à la fin, parce qu’il n’est pas écrit dans le conducteur. Et pour l’air d’Ariane, comme nous n’avions pas de chœur pour chanter les sirènes, Michel a même arrangé un finale en reprenant la musique du début. Nous voulions en tout cas être très respectueux des volontés de Massenet, lui rendre hommage avec toute notre âme. Et je remercie vraiment ma maison de disques de m’avoir suivie pour ce projet, auquel je tenais énormément.
Allez-vous interpréter le même programme en concert ?
J’espère que le public se laissera séduire par le concert que je donne le 31 mars, au Théâtre des Champs-Elysées, sous la direction de Richard Bonynge. C’est formidable qu’une personnalité de son envergure ait accepté : quand je lui ai demandé, il m’a répondu oui, et je suis très émue à l’idée de chanter avec quelqu’un à qui l’on doit ces grandes intégrales massenétiennes des années 1970, enregistrées avec Joan Sutherland. Le programme du concert coïncidera largement avec celui du disque, plus quelques pièces orchestrales que Richard Bonynge avait à cœur de diriger : l’ouverture du Roi de Lahore, le « Clair de Lune » de Werther, le ballet du Cid. Le concert d’Avignon, en juin, avec Fabien Gabel, sera assez différent : il y aura deux airs du Roi de Lahore, deux airs d’Esclarmonde… Le problème, c’est que les salles de concert sont assez frileuses, surtout à Paris, où les choses ne sont jamais faciles et où une très forte pression pèse sur les interprètes. J’ai aussi un programme construit autour des « Grandes Amoureuses », qui réunira le répertoire italien aux opéras de Massenet ; je donnerai ce programme en juin en Vendée, en juillet au Festival de Montpellier, et en septembre à Toulon.
Pour revenir à Thaïs, votre prise de rôle a eu lieu à Turin, dans la mise en scène assez particulière de Stefano Poda.
Oui, une production très esthétique, mais très statique. Quand je demandais des explications à Stefano, il me répondait : « Geologico ». Géologique ! Il fallait penser aux pierres, je ne sais pas, les chanteurs avaient l’air de faire du taï-chi. Apparemment, tous les spectacles de Stefano Poda sont conçus de cette façon-là. De manière générale, je n’ai jamais eu de conflit avec les metteurs en scène, même s’il m’est parfois arrivé d’avoir des expériences pas très agréables. Ce que je ne supporte pas, ce sont les gens qui arrivent sans aucune idée de ce qu’ils vont faire, avec tout juste le livret du CD à la main ! Alors qu’on demande aux chanteurs de se donner à 100% dès le premier jour des répétitions, de savoir tout le rôle par cœur, de toujours se remettre en question, certains metteurs en scène nous obligent à faire et à défaire constamment, parfois jusqu’au soir de la générale. Mieux vaut quelqu’un qui ont une conception très précise de ce qu’ils veulent, même si, à l’inverse, cela signifie que l’on a plus de mal à négocier. Pour La Chartreuse de Parme, Renée Auphan avait pour ainsi dire « story-boardé » sa mise en scène, ce qui laissait assez peu de place à l’échange. Des collègues m’ont dit beaucoup de bien de Yannis Kokkos, qui a fait un très beau Pelléas, et j’aimerais travailler avec Robert Carsen (il y a un projet de Rigoletto) ou Willy Decker, dont j’ai beaucoup aimé La Traviata. Moi qui suis passée par le Cours Florent et qui ai un moment hésité entre le théâtre et l’opéra, je cherche surtout de grands directeurs d’acteurs.
 
Propos recueillis le 15 février 2012 par Laurent Bury
 

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.