Cinq questions à Enoch zu Guttenberg

Par Claude Jottrand | jeu 24 Juillet 2014 | Imprimer

Depuis 2000, le chef d'orchestre bavarois Enoch zu Guttenberg est aussi le directeur artistique du Festival international d'Herrenchiemsee.


Vous assumez les fonctions de directeur musical de ce festival depuis 2001. Pouvez-vous nous décrire le projet initial ?

Le point de départ est un lieu exceptionnel, le château du roi Louis II dans une nature grandiose, un lac au pied des montagnes. Nous avons simplement cherché à réaliser une partie du rêve du roi, qui voulait, à l’image de ce que Louis XIV avait fait à Versailles, que son château serve d’écrin aux beaux arts, et principalement le premier d’entre eux, la musique. Nous nous sommes assez vite aperçus que ce lieu splendide représente surtout des contraintes logistiques lourdes : le bâtiment est entièrement classé, il n’y a pas d’infrastructure d’accueil sur l’île, le plus grand espace, la galerie des glaces ne peut asseoir plus de 600 personnes, etc… Il a fallu aussi trouver du financement, mais les responsables politiques ont assez vite adhéré au projet, et la Deutsche Bank a apporté son soutien. 

Quel avait été votre parcours avant d’accepter ces fonctions ? 

J’ai d’abord étudié la composition au conservatoire de Munich. Un jour, on m’a proposé au pied levé de diriger un chœur d’amateurs à Rosenberg dont le chef, qui était aussi pompier volontaire s’était blessé dans une intervention. C’est comme cela que je suis devenu chef de chœur ! Et il s’est avéré que ces amateurs étaient d’un excellent niveau car la pratique musicale est très répandue dans la région. Le chœur a été remarqué par Baumgartner qui l’a pris sous son aile, et c’est ainsi que l’aventure a commencé ! En 2000 j’ai rejoint l’orchestre KlangVerwaltung (littéralement gestion du son) dont le nom a été beaucoup moqué, ce qui a permis que tout le monde le retienne ! Cet orchestre, composé de membres d’autres phalanges prestigieuses comme les orchestres philharmoniques de Vienne, Berlin ou Munich, du Concertgebouw d’Amsterdam ou de chambristes renommés, a maintenant pris une existence indépendante du festival et fonctionne toute l’année, ce qui me réjouit beaucoup. Mon rôle de directeur musical ici à Herrenchiemsee se base donc sur cette double expérience de chef de chœur et de chef d’orchestre.

A quel public vous adressez vous spécifiquement ? 

Nous n’avons que 600 places, ce n’est pas suffisant pour faire un grand événement populaire. Mais ce n’est pas une raison pour faire de l’élitisme social. Notre programmation s’adresse assez largement à tous les mélomanes ; on constate que le public est finalement assez international, sensible à la beauté des lieux. Nous pratiquons des prix identiques à ceux des grands concerts de saison à Munich, la ville la plus proche. Les musiciens font des efforts sur leur cachet, et nous offrent par exemple le concert de clôture. Nous aimerions, évidemment nous adresser à un public plus large, par le biais de retransmissions télévisées, mais les lieux ne s’y prêtent guère. Comment introduire dans la galerie des glaces des caméras de télévision, les éclairages qu’elles requièrent sans gêner le public sur place ? Nous nous contentons de quelques retransmissions radio. Nous faisons aussi des concerts dans le cadre plus intime de l’église, qui est particulièrement propice aux concerts de cantates de Bach ; ces concerts sont devenus une tradition à laquelle je tiens beaucoup.

Comment choisissez vous votre répertoire ?

Nous voulons rester un orchestre généraliste, ce qui n’est pas facile car cela va complètement à l’encontre de la tendance actuelle des musiciens de se spécialiser toujours davantage. Je revendique de faire le répertoire que j’aime, c’est entièrement subjectif. Je dois aussi tenir compte des contraintes de temps, les répétitions avec l’orchestre sont comptées, et de la composition de l’orchestre, qui comprend beaucoup de jeunes musiciens ; tout cela entraine que nous travaillons un répertoire limité, mais que nous faisons un travail en profondeur. Et à ceux qui objecteront que nous faisons peu de musique contemporaine, je répondrai, en effet, que je trouve qu’il y en a peu d’intéressante – j’ai moi même étudié la composition, je sais de quoi je parle – et que la musique écrite aujourd’hui est fort déconnectée du public, ce qui est une difficulté supplémentaire. Je laisse volontiers ce champ à d’autres, il n’est pas nécessaire de tout faire partout.

Quelle place tient l’opéra dans tout cela ?

Nous avons fait dans le passé des productions de concert d’opéras de Mozart qui ont rencontré beaucoup de succès. Nous montons cette année un Fidelio, et sans dévoiler trop la programmation, je peux vous dire qu’il y aura encore un opéra l’an prochain. Je ne pense pas qu’il serait très conforme à l’esprit de Louis II de monter ici un opéra de Verdi ou de Puccini ; c’est une toute autre esthétique. En revanche, je rêve depuis longtemps – mais sans avoir encore trouvé le moyen de réaliser ce rêve, de rendre ici un hommage à Wagner… Peut-être devrions nous envisager des représentations en plein air, mais la météo d’un lac de montagne est parfois capricieuse et imprévisible…

 

 

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.