5 questions à Jacques Mercier

Par Pierre-Emmanuel Lephay | lun 30 Avril 2007 | Imprimer
Jacques Mercier est le directeur artistique et chef permanent de l’Orchestre National de Lorraine depuis 2002. Ce chef qui défend la musique française s’attache aussi à faire découvrir au public français des musiques peu jouées en notre pays. Il s’est ainsi fait le héraut de Sibelius dont il a acquis une profonde connaissance au fil du temps. Après avoir assuré la création française du Kullervo il y a une dizaine d’années, voici qu’il nous propose ce chef-d’œuvre à Metz puis Sarrebrück.
Comment avez-vous découvert Sibelius ? Qu’est-ce qui vous séduit particulièrement dans cette musique ?
J’ai découvert Sibelius presque par obligation, dirais-je. J’ai en effet été chef de l’Orchestre Philharmonique de Turku, ancienne capitale de la Finlande, pendant 7 ans. On m’a proposé un jour de diriger Kullervo, c’est ainsi que j’ai découvert cette œuvre. J’en ai offert une vision « latine » mais sans renier les brumes nordiques (j’essaie de respecter l’esprit de l’œuvre, en tout cas, j’espère ne pas le trahir !). C’est bien d’avoir une approche française de ce répertoire, mais on constate que cette musique est universelle. C’est paradoxal, plus on plonge dans des sources nationales, plus on est universel !
Beaucoup d’aspects me séduisent énormément dans cette œuvre comme dans toutes ces créations de compositeurs ayant autour de 30 ans car ils osent tout (la Symphonie Fantastique de Berlioz, Le Sacre du Printemps de Stravinsky et donc Kullervo).
Dans Kullervo, Sibelius se lâche mais ensuite, il a des scrupules, notamment du fait de ses voyages qui lui font découvrir des composteurs comme Bruckner ou Wagner.
Par ailleurs, ce qu’on ne sait pas forcément, c’est que Sibelius était un homme extrêmement modeste. Mon professeur Manuel Rosenthal me racontait qu’il avait un jour rencontré Sibelius par hasard et que celui-ci lui disait n’être « rien » à côté de nos Debussy, Ravel, etc. C’est incroyable !
N’oublions pas aussi que Sibelius a été la cible de vives critiques, émanant d’Adorno ou de Leibowitz par exemple, ce qui fait que l’on n’a plus rien de ses 30 dernières années de sa vie. Ce n’est pas qu’il n’a pas composé, mais c’est qu’il a tout détruit ! J’ai visité la maison où Sibelius se retira, et le guide, un petit neveu de Sibelius si je me souviens bien, nous montra absolument tout ! Arrivé devant la cheminée, il nous montra l’âtre : « Il y a la 8e symphonie dans ces cendres » nous dit-il avec une grande émotion.
Kullervo aussi a failli être détruit car Sibelius ne voulait pas que l’on ait de lui l’image d’un compositeur nationaliste, se fondant sur la mythologie nordique : il ne voulait pas être un Wagner du Nord. Il a ainsi abandonné assez vite les grandes fresques comme Kullervo ou Les légendes de Lemminkaïnen et s’est concentré sur la symphonie avec une exigence radicale. Je regrette qu’il n’ait pas poursuivi dans la voie du lyrisme et de l’épopée dont Kullervo est la plus belle illustration.
En quoi réside l’originalité de Kullervo qui fait qu’il paraît bien réducteur de parler du jeune Sibelius comme d’un Wagner nordique ou d’un Bruckner à la sauce finnoise ?
C’est une œuvre qui a été composée avant la 2e symphonie de Mahler et il y a un souffle malhérien extraordinaire dans Kullervo ! Aujourd’hui, on se rend enfin compte que Sibelius est un novateur incroyable. Beaucoup de compositeurs se revendiquent de lui, comme Pascal Dusapin, Georges Benjamin, Tristan Murail, etc. Ils admirent le développement organique du matériau, la forme, l’abolition de la barre de mesure (d’où cet intérêt des compositeurs se rattachant à « l’Ecole spectrale » dans les années 70-80) car c’est une musique linéaire, horizontale (écoutez Tapiola !) où le temps est quasi aboli.
Pourquoi est-ce une musique si peu jouée et chantée ? Cela vient-il uniquement de la langue finnoise que sans doute bien peu de chanteurs allochtones maîtrisent ?
Il est certain qu’elle constitue un obstacle. Cette œuvre fait par ailleurs appel à des forces importantes, un chœur d’hommes et deux solistes vocaux. Faire venir un chœur finlandais nous a coûté cher, par exemple. Mais il m’a semblé avoir vu programmer Kullervo à Paris avec un chœur français. Avec un bon coach, c’est en effet possible, tout comme aujourd’hui on peut chanter du tchèque ou du russe.
Je ne parle pas le finnois mais quand je l’entends parler, c’est un délice. Des amis finlandais me disent avec fierté qu’ils considèrent le finnois comme la plus belle langue avec l’italien ! C’est en effet une langue avec de très belles voyelles et beaucoup de doubles consonnes, ce qui la rend très mélodieuse et rythmée.
Autre problème non négligeable qui se pose pour Kullervo : la partition ! Nous jouons sur une édition manuscrite de mauvaise qualité, remplie de fautes, ce qui induit une perte de temps et d’énergie. Et je suis ravi d’apprendre par vous qu’une édition « propre » a paru chez Breitkopf.
Pour en revenir au fait que c’est (ou c’était !) une œuvre rare au concert, il faut prendre en compte que Kullervo n’a été, après la création, rejouée qu’après la mort de Sibelius et fut peu donnée à l’étranger dans un premier temps car elle était perçue comme une œuvre « finno-finlandaise » et de ce fait peu exportable. Puis, comme la Finlande est un pays qui a produit (et produit encore !) des chefs d’orchestre de premier plan, les Esa-Pekka Salonen, Jukka-Pekka Saraste, Mikko Franck, Sakari Oramo, etc., ces derniers ont fait connaître leur musique au monde, et pas seulement Sibelius qui est un peu l’arbre qui cache la forêt : il y a en Finlande nombre de compositeurs d’excellent niveau : Rautarava, Saariaho, Lindberg... J’en ai dirigé pas mal. 
Cette partition de Kullervo surprend par la juxtaposition de plages d’un souffle et d’une ampleur assez extraordinaires, avec des thèmes d’une longueur incroyable, à des plages d’un statisme tout aussi étonnant, voire à des silences extrêmement longs (et qui sont d’ailleurs rarement respectés !). Est-il difficile de trouver un équilibre entre ces deux composantes de l’œuvre ?
Ce sont des œuvres cinématographiques, du cinéma sans image : beaucoup de souffle épique, puis tout à coup, changement de plan, de climat, c’est très efficace. C’est une préfiguration du cinéma.
Le respect des nuances est capital, ainsi que les articulations, afin de faire « vivre » ces phrases de 15 mesures ! En ce qui concerne les silences, il y a en effet un silence de 4 mesures à la fin de la troisième partie qui me paraît énorme et que je ne respecte pas systématiquement, mais en concert, tout est possible.
J’ai eu la chance de faire la création française de Kullervo à Pleyel dans les années 90. Il faut de l’audace mais on ne peut en sortir que ravi. Les musiciens apprécient cette musique qui sonne bien, qui est tonale, qui est très imagée, lyrique, avec du souffle. Certes on peut déceler des naïvetés, des maladresses dans l’écriture ce qui a conduit à des modifications de la part de chefs, comme dans les symphonies de Schumann par exemple. Pourquoi pas ! Le rôle du chef est de rendre « intelligible » une musique qui a quelques défauts et naïvetés dans la réalisation ; pour autant, il ne faut pas trop « tripatouiller » et je pense qu’il ne faut pas trahir le compositeur.
D’autres projets avec Sibelius ?
Je voudrais faire ici Tapiola. Je l’ai déjà dirigé et l’avais couplé avec Le Sacre du Printemps. Ce sont en effet des musiques telluriques, qui vont chercher jusqu’au fond des âges une force qui sort de terre, qui plonge dans les origines de la création, et j’aime ce parallèle.
Et dire que Sibelius s’est arrêté d’écrire après ça !! Quelle pitié !
 
Propos recueillis par Pierre-Emmanuel Lephay

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.